Bulletin de L'ACTA

Volume 1, No 12 (PDF) Été 2017
Bulletin de L'ACTA

Message de la présidente du conseil

L’année scolaire tire à sa fin et les familles se préparent à un été de loisirs, de rencontres entre parents et amis – ET d’activités visant à renforcer (et entretenir) les facultés d’apprentissage de leurs enfants pendant le congé scolaire. Vous pouvez compter sur l’aide assidue de notre réseau de sections ATA tout au long de l’été. Le bureau national de l’ACTA bourdonnera lui aussi d’activité durant la saison estivale – grâce au dévouement de nos bénévoles et employés. Nous sommes impatients de dévoiler de nouvelles initiatives à l’automne. Bon été !

Thealzel Lee
Présidente du conseil, Association canadienne des troubles d’apprentissage

Message de la directrice générale

Le bureau national n’a pas chômé cette année, avec un calendrier chargé d’activités et des évolutions sur plusieurs fronts. Voici l’une des nombreuses activités auxquelles participe l’ACTA.

Je vous souhaite sécurité et tranquillité cet été.

Pleins feux sur les déficiences invisibles (consultation sur les lois fédérales protégeant les personnes handicapées), projet de consultation sur deux ans

Responsable du projet :

  • Association des malentendants canadiens (AMEC)

Comité consultatif :

  • Association canadienne des troubles d’apprentissage (ACTA) ;
  • Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e)s au niveau postsecondaire (NEADS) ;
  • Légion royale canadienne (LRC) ;
  • Conseil canadien de la réadaptation et du travail (CCRT) ;
  • Association canadienne pour la santé mentale (ACSM).

Partenaires :

  • Arch Disability Law Centre
  • Lésion cérébrale Canada
  • Académie canadienne d’audiologie
  • Centre canadien pour la diversité et l’inclusion
  • Association canadienne de la surdicécité
  • Fondation de l’AMEC
  • Association canadienne pour la santé mentale (Ontario)
  • Société nationale canadienne des sourds-aveugles
  • Communicaid for Hearing Impaired Persons
  • The Hearing Foundation of Canada
  • Centre de recherche en conception universelle, Université de l’EADO
  • Commission de la santé mentale du Canada
  • Media Access Canada
  • Société Neil Squire
  • Orthophonie et Audiologie Canada (OAC)

Le projet “Pleins feux sur les déficiences invisibles : consultations au sujet d’une loi fédérale sur l’accessibilité” consiste à consulter les membres de 20 organisations partenaires et le public en vue de faire des recommandations au gouvernement fédéral sur les aspects de la future loi sur l’accessibilité qui amélioreront la vie des personnes ayant des déficiences invisibles.

La nouvelle loi fédérale sur l’accessibilité s’appliquera aux sphères de compétence fédérale, comme les services bancaires, la radiodiffusion, les télécommunications, le transport transfrontalier, les tribunaux fédéraux, les Forces armées canadiennes, la Gendarmerie royale du Canada, ainsi que les ministères, organismes et institutions du gouvernement fédéral, les sociétés d’État fédérales et les autres entreprises et industries sous régime fédéral. L’objectif de la première année du projet était de communiquer avec les personnes ayant une déficience invisible et les groupes qui effectuent une transition afin de recueillir leurs points de vue sur les obstacles auxquels ils se heurtent et de comprendre la façon dont le gouvernement pourrait mieux répondre à leurs besoins pour faire en sorte qu’ils apprennent, vivent et travaillent dans un Canada inclusif et exempt d’obstacles.

Ces consultations ont abouti à 15 recommandations formulées dans le rapport annuel du projet à la Ministre des Sports et des Personnes handicapées dont vous trouverez le texte intégral à http://chha.ca/documents/CHHASpotlightFinalReportFR.pdf

La deuxième série de consultations commencera à l’automne 2017. Compte tenu des recommandations formulées dans le rapport et par le gouvernement fédéral, les consultations permettront d’explorer plus en profondeur les façons dont la loi fédérale sur l’accessibilité peut aider à créer un environnement dans lequel tous les Canadiens ont accès aux ressources et aux mesures dont ils ont besoin pour prospérer et participer pleinement à la société canadienne.

Claudette Larocque
Directrice générale, Association canadienne des troubles d’apprentissage
Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rapports

Prix du premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement

Kim McLean, nouvelle membre du Conseil consultatif professionnel de l’ACTA et conseillère pédagogique à Calgary Academy, représentait l’ACTA au sein du comité d’attribution de ces prix à des enseignants mis en candidature par des collègues, étudiants ou parents. Voici comment elle relate son expérience :

Étant moi-même éducatrice, j’étais très intéressée de savoir quelles qualités avaient valu à ces enseignants d’être mis en candidature. Qu’elles œuvrent en milieu urbain ou rural et peu importe les ressources dont elles disposaient, ces personnes en ont tiré le maximum pour procurer une expérience éducative stimulante et mémorable à leurs étudiants tout en plaçant la barre haute pour les aider à réaliser leurs objectifs personnels. En plus de connaître leur matière, elles ont souvent fait appel à d’anciens enseignants ou des spécialistes dans leur milieu pour bonifier l’expérience d’apprentissage. Elles ont aussi fait preuve de beaucoup de créativité et d’innovation dans la prestation de leurs cours. Elles-mêmes apprenantes à vie toujours à l’affût d’occasions de se perfectionner et d’en apprendre davantage, elles ont fait de cette qualité une source d’émulation pour les élèves. Elles n’ont cessé d’encourager leurs étudiants en nouant des liens solides avec eux, en célébrant leurs succès et en applaudissant leurs réalisations après qu’ils aient quitté leur classe. Plus encore, toutes les mises en candidature ont fait transparaître la joie qu’elles ont apportée à leur classe et leur souci constant de la réussite et du bonheur des étudiants. L’examen de ces candidatures a été une expérience gratifiante et une belle leçon d’humilité.

Kim McLean

Note de sensibilisation

Barbara McElgunn, conseillère bénévole en politique de santé à l’ACTA, sensibilise les autorités aux questions de santé et d’environnement touchant le développement du cerveau depuis 1976. Le 19 avril, elle a écrit à la ministre de la Santé, Jane Philpott, au sujet de l’exposition maternelle à la marijuana, enjeu d’actualité vu l’intention du gouvernement de légaliser cette drogue en 2018.

Elle a surtout insisté sur la nécessité de préciser quel palier de gouvernement sera responsable de la sécurité du produit (réglementation, recherche d’impuretés et de pesticides et puissance du produit). Elle a aussi souligné qu’il ne suffisait pas de protéger les enfants de moins de 18-19 ans et qu’il fallait penser à d’autres secteurs de la population qui ne devraient pas consommer de marijuana récréative ou se trouver à proximité de la fumée secondaire. Dans sa lettre, elle indique que des études de suivi ont montré que l’exposition fœtale (au THC dans la marijuana) avait des effets durables sur les fonctions cognitives et visuo-motrices et les capacités de planification et de contrôle des impulsions des enfants de six à 12 ans. Aux États-Unis, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ont lancé un avertissement clair au public à ce sujet. Pour protéger le développement neurologique du fœtus, il faudrait inclure cet avertissement dans la loi autorisant la consommation récréative, en plus d’imposer un âge minimum aux acheteurs.

Il sera très important que Santé Canada informe la population des risques d’une exposition prénatale et postnatale pour la santé et le développement, notamment par des annonces d’intérêt public, le plus tôt possible, bien avant la légalisation de la consommation non médicale de marijuana l’an prochain.

Rapports des comités

Comité juridique

Le Symposium de 2017 sur l’égalité en éducation a eu lieu les 24 et 25 février, sous l’égide de la Faculté de droit de l’Université du Nouveau-Brunswick, en partenariat avec le comité juridique de l’ACTA et la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick. Piloté par Kelly VanBuskirk, membre du comité juridique de l’ACTA, ce symposium gratuit explorait les droits, occasions et défis qui jalonnent la recherche d’un accès équitable à l’éducation pour les apprenants, leurs parents, les éducateurs, les avocats et les autres intervenants.

À tout moment durant les deux jours, le symposium réunissait environ 80 professionnels, parents et étudiants en droit.

Le vendredi soir, Bill Howatt, directeur de la recherche à Morneau Shepell et chroniquer au Globe and Mail, a prononcé une conférence sur l’adaptation des enseignants à un environnement éducatif inclusif. Il a insisté sur le fait que les enseignants devaient acquérir des capacités d’adaptation, faire preuve de résilience et contrôler leur stress pour répondre aux besoins des étudiants.

D’autres conférenciers ont abordé des sujets comme les troubles bipolaires et la santé mentale, l’égalité entre les sexes dans le sport scolaire, l’intimidation et la communauté LGBTQIA dans un contexte éducatif.

Jody Carr, étudiant en droit et député qui a participé à des conférences téléphoniques de l’ACTA et qui était ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick responsable de la politique 322 favorablement accueillie, a abordé la cause Moore. Son exposé clair et apprécié décrivait les motifs des jugements précédents, puis les dispositions du jugement dans l’affaire Moore. Kelly Lamrock, ancien ministre de l’Éducation du Nouveau-Brunswick, a lui aussi traité de la cause Moore, en donnant son avis sur l’orientation qu’il fallait prendre, notamment au Nouveau-Brunswick. Indiquant que ce jugement oblige le gouvernement à agir, il a souligné qu’il fallait se préparer, puisque 44 % des dossiers manquent de justification, 29 % n’ont pas d’objectifs mesurables, 26 % n’ont pas de points de référence et 30 % n’indiquent pas d’interventions spécifiques. Il a rappelé que la Cour suprême du Canada nous dit que tous les enfants ont non seulement droit à de l’aide pédagogique, mais aussi le droit de réaliser leur plein potentiel. Les gouvernements ne pourront pas réduire encore les budgets de l’éducation.

Ce symposium très réussi nous a donné ample matière à réflexion.

Projet Rally du portail de recherche

En 2013, suite au jugement de la Cour suprême dans la cause de Jeffrey Moore, l’ACTA a créé un comité chargé de recenser les recherches sur les troubles d’apprentissage terminées ou en cours dans les grandes universités du Canada susceptibles d’intéresser nos membres. Ce comité de bénévoles utilise l’Internet pour parcourir les sites web des universités, en se concentrant surtout sur les départements de pédagogie et de psychologie, et trouver les professeurs dont les recherches se rapportent aux troubles d’apprentissage.

La majorité des membres originaux du comité habitant dans les provinces de l’Ouest, les travaux ont d’abord porté sur les universités de Colombie-Britannique et d’Alberta. L’examen a été étendu aux recherches universitaires menées en Saskatchewan, au Manitoba, à l’Î.-P.-É., au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador, et visera bientôt les universités du Québec et d’Ontario.

Tout en reconnaissant qu’il faut pousser les investigations beaucoup plus loin, les membres du comité notent certaines tendances. Des sujets généraux comme l’apprentissage inclusif, la diversité en classe, les interventions visant les troubles d’écriture/lecture/épellation/élocution et les protocoles d’évaluation continuent d’intéresser au plus haut point les chercheurs. Cependant, des recherches très pointues sont menées sur le traitement visuel et auditif, le lien entre morphologie et lecture, l’appellation automatique rapide, le traitement orthographique et phonologique à l’œuvre dans la lecture et l’épellation, l’efficacité longitudinale de l’évaluation et de l’enseignement précoces de la littératie et les mesures d’adaptation au niveau postsecondaire.

Le travail progresse dans la création d’une base de données recensant les recherches qui sera accessible dans le site web de l’ACTA. Une fois mise en place, cette base de données pourrait servir à la fois à informer nos lecteurs et à appuyer les chercheurs dans leurs travaux.

Comité des communications

En plus de ses tâches courantes comme la production du bulletin, le comité a élaboré un plan de communication stratégique pour l’ACTA et a récemment effectué un sondage demandant aux directeurs généraux provinciaux/territoriaux comment nous pourrions jouer un rôle plus utile dans le cadre du mois de sensibilisation aux TA en octobre prochain.

Le plan de communication stratégique est davantage axé sur la représentation et la sensibilisation, conformément aux priorités dont vous nous avez fait part dans notre dernier sondage auprès des membres. De plus, il est étroitement lié au plan de financement de l’ACTA, parce que nous devons trouver de nouvelles et de meilleures façons de recueillir des fonds si nous voulons atteindre certains des buts que nous avons identifiés.

Le sondage auprès des directeurs généraux révèle que la majorité des associations provinciales et territoriales restent très attachées au mois de sensibilisation aux TA, mais peinent à trouver les ressources nécessaires pour organiser beaucoup d’activités. Elles souhaiteraient plus d’aide de la part de l’ACTA. C’est pourquoi nous étudions la possibilité de faire profiter l’ensemble des provinces et territoires du matériel élaboré par quelques provinces. De plus, nous espérons créer cet automne un comité national chargé de la planification à long terme du mois de sensibilisation.

Bob Cram – président
Membres : Lorrie Goegan, Brendan O’Neill, Claudette Larocque, Doug Symington, Brent MacPherson, Scott Patterson.

Activités provinciales/territoriales

Québec

Institut des troubles d’apprentissage (Québec)
43e congrès international annuel de l’Institut TA

Appel à communication

Le comité scientifique de l’Institut TA est actuellement en cours d’analyse des différentes propositions de communication en vue de la programmation officielle du congrès de 2018 qui se tiendra à Montréal du 21 au 23 mars 2018 au Westin Montréal. Vous avez-vous aussi un sujet à nous soumettre ?

Faites-nous parvenir votre soumission avant le 20 juin 2017 en utilisant le lien suivant : http://www.institutta.com/congres/congres-2018/appel-a-communication-congres-2018/

Tarifs et programmation 2018

Notre programmation officielle sous le thème : « Troubles d’apprentissage et défis dans le monde de demain » mettra en lumière notamment la diversité des apprenants et l’utilisation des nouvelles technologies au service de l’apprenant. Elle sera dévoilée sur le site institutta.com à compter du 1er Septembre 2017.

Afin d’en apprendre davantage sur la façon de participer à cet événement, nous vous invitons à consulter la page suivante : http://www.institutta.com/congres/congres-2018/tarifs-et-inscriptions-2018/

Les inscriptions seront officiellement ouvertes à compter du 2 octobre 2017.

Saskatchewan

Conférence sur la neuroplasticité : transformer le cerveau

Les participants comprendront mieux la neuroplasticité et la capacité du cerveau de modifier sa structure et d’améliorer ses fonctions grâce aux sujets abordés lors de la conférence :

  • Compréhension élémentaire de la structure et des fonctions du cerveau
  • Études de cas de personnes qui se sont remises en tout ou en partie d’un traumatisme crânien ou d’anomalies cérébrales congénitales
  • Conséquences des abus et de la négligence sur le développement du cerveau
  • Fonctionnement du cerveau chez des personnes présentant divers troubles : troubles d’apprentissage, TSPT, troubles de l’alimentation, TDAH, anxiété, dépression
  • Approches d’amélioration de la neuroplasticité (y compris le neurofeedback) et données probantes étayant leur efficacité

Revue d’une étude par IRM documentant les changements observés dans la structure cérébrale des enfants participant au programme Arrowsmith.

Conférenciers : Norman Doidge, M.D.; Ed Hamlin, PhD, BCN; Lara Boyd PT, PhD; et Barbara Arrowsmith-Young, BScA, MA.

Date :  2-3 octobre 2017
Lieu : Sheraton Cavalier, Saskatoon, SK
Inscription anticipée : 375 $/personne (avant le 8 septembre 2017)
Inscription : 400 $/personne (après le 8 septembre 2017)

Pour vous inscrire ou pour plus d’information, allez à www.LDAS.org ou appelez-nous au 306-652-4921.

Autres Ressources